La décision a été très difficile à prendre, mais la réalité économique ne laisse pas d’autre choix que d’arrêter le site d’information en ligne gratuit du magazine. A l’heure actuelle, un site internet (d’information) coûte plus qu’il ne rapporte et une petite société comme la nôtre ne peut plus continuer à fournir de l’information de qualité gratuite.

Si certains sites « amateurs » fonctionnent en grande partie sur le bénévolat ou que d’autres se reposent sur un gros groupe de presse ou un donateur généreux, Sport-Bikes a toujours voulu faire de son site un support à la fois professionnel et indépendant. Nous avons toujours travaillé avec des journalistes professionnels (que nous rémunérons donc) et en toute indépendance face à des marques ou des sponsors. Seulement, malgré le succès de notre site (plus de 200 000 visiteurs uniques par mois), les recettes publicitaires générées par les bannières ne rapportent pas suffisamment pour payer un journaliste à temps plein, ainsi que les frais de développement et d’hébergement.

Il faut bien se rendre à l’évidence : un site d’information gratuit n’est pas viable économiquement. Tout comme un boulanger ne peut pas distribuer ses baguettes gratuitement… Ecrire, aller chercher de l’info, la vérifier, tout cela a un prix : c’est beaucoup de temps, des déplacements parfois, des coups de fil souvent. C’est un métier. Un vrai. Que tout le monde n’est pas apte à faire. Il demande une formation, de l’expérience, un véritable savoir-faire. Comme le boulanger qui se lève à 2 heures du matin pour que vous ayez votre baguette délicieuse à 8 h. Sauf que l’artisan boulanger, lui, vend sa baguette un euro, tandis que le journaliste web donne sa news gratuitement.

D’ailleurs, certains grands journaux reviennent du format web 100 % gratuit. Le Monde, Les Echos, Le Point, L’Express, Mediapart… Tous ces sites internet d’information sont devenus payants, ou du moins en partie. Quoi de plus normal quand on sait qu’envoyer un grand reporter en Irak coûte 30 000 euros ou qu’envoyer un journaliste sur un Grand Prix coûte entre 1000 et 1500 euros ?

Et c’est ce qu’il faut pour avoir les bonnes infos, les bons contacts. Ce n’est pas en restant chez soi et en farfouillant sur le net qu’on peut sortir la bonne info, un travail de rédaction sérieux et professionnel que nous défendons depuis si longtemps. Tout travail mérite salaire et, à Sport-Bikes, nous n’avons jamais voulu profiter de la passion de nos lecteurs. Pourtant, on aurait pu, en échange d’un pass ou d’une accréditation presse, avoir une multitude de « gratte-papiers ». Mais ce n’est pas notre philosophie.

Afin que le magazine Sport-Bikes perdure encore longtemps et qu’il reste le n°1 dans son domaine, nous préférons recentrer les forces de notre petite équipe sur le magazine papier, également disponible en version numérique enrichie (et donc payante). Pour autant, nous ne nous coupons pas complètement du web puisque notre page Facebook sera plus active que jamais. Nous continuerons à vous communiquer, via les réseaux sociaux, le fil de l’actualité, mais sans les articles de fond que vous retrouverez dans le magazine.

Nous continuerons à vous faire gagner des entrées pour des courses majeures, des casques, etc. via des jeux concours. Nous continuerons à vous faire partager notre passion en live lors de nos déplacements sur les courses. Bref, le site s’arrête, mais pas Sport-Bikes. L’équipe du magazine ne lâche rien et continuera à vous fournir des articles de qualité, écrits par les meilleurs journalistes et illustrés par les meilleurs photographes.

Le site d’actualité www.sport-bikes.fr aura existé pendant près de dix ans, il aura été un modèle, un précurseur pour de nombreux sites. Vous aurez été des centaines de milliers à nous suivre au quotidien, 365 jours par an, 24 h sur 24. Mais voilà, votre boulanger ne peut plus vous donner votre pain quotidien. Par contre, il va continuer à vous vendre tous les deux mois son délicieux gâteau, fait avec les meilleurs ingrédients et beaucoup de passion et de savoir-faire, au tarif plancher de 5,50 €. Et ça, personne d’autre ne le fait à part Sport-Bikes.

Alors longue vie au magazine et rendez-vous tous les deux mois en kiosque pour acheter et lire la presse, la vraie.

Et pour ceux qui ne connaîtraient que le site et pas le magazine, notre n°100 est à télécharger GRATUITEMENT ici.

Merci à tous d’apprécier notre travail à sa juste valeur.

Diane de Salve, éditrice du magazine Sport-Bikes