dans ,

Enea Bastianini explose le record de Sepang

Sur un circuit qui l'a vu renouer avec la victoire en 2023 et qu'il apprécie Enea Bastianini a été le plus rapide de cette deuxième journée de tests à Sepang.

Enea Bastianini est en forme. Le coéquipier du double champion du monde Pecco Bagnaia ausein du team officiel Ducati a terminé en haut de la feuille des temps de cette deuxième journée de tests à Sepang. Cerise sur le gateau il s’offre un nouveau record de la piste. Une chose est sure les Ducati reprennent les choses en mains.

Enea Bastianini un chrono exceptionnel

En réalisant son chrono en 1’57”134, Enea Bastianini devient le pilote le plus rapide sur le circuit de Sepang. “Bestia” a réalisé cet exploit en fin de journée et pas forcément au meilleur des conditions de piste. Sans une petite erreur dans un virage son deuxième tour aurait pu passer la barre des 1’57”

Même si le chrono ne sera pas retenu puisqu’il s’agit d’une séance d’essais et non d’un Grand Prix, le temps réalisé par Enea Bastianini est en tout point remarquable. Par sa vitesse bien sur mais aussi parce que l’Italien est allé chercher cette référence dans la dernière demie heure de la séance sous des conditions de piste moins performantes que celles du début de matinée qui avaient valu un véritable feu d’artifice coté référence chronométrique. Deuxième enseignement de ce chrono, la bonne santé de « Bestia » qui semble désormais à 100% après une saison largement perturbée par sa blessure. Enfin cette performance rappelle également que les Ducati sont de retour aux affaires avec pas moins de 6 machines dans le top 10, dont les 3 GP 2024. Assurément le nouveau millésime est très bien né. Hier Martin était même étonné d’avoir tourné si vite avec une moto encore en phase de développement. D’après les échos remontant de Sepang, le nouveau moteur est très apprécié et le train avant serait plus précis que sur la GP23.

Enea Bastianini mène le clan Ducati

Pecco Bagnaia a réalisé le cinquième chrono du jour. Pour l’heure le double champion du monde travaille pas à pas et comme durant la saison passée semble sur de lui. Attendons demain….

La performance de Bastianini aurait pu être encore plus époustouflante sans une petite erreur de trajectoire dans son deuxième tour. La barre des 1’56’’ semble plus qu’accessible reste à savoir qui sera le premier à la franchir. Jorge Martin échoue lui à 139 millièmes de l’Italien et Pecco Bagnaia, plutôt discret hier se classe finalement 5e de cette deuxième journée. Du coté des équipes satellites Ducati, Fabio DI Giannantonio a été le plus rapide avec le 6e temps du général juste devant Alex Marquez et Marco Bezzechi 9e qui a par ailleurs été victime d’une nouvelle chute aujourd’hui. Mais quid de Marc Marquez, « seulement » 14e aujourd’hui. L’Espagnol que tout le monde attendait aux avants postes après les tests de Valence semble en retrait…

Marc Marquez cache t’il son jeu ?

Marc Marquez est bien discret depuis le début de ces tests. Trop pour certains qui le soupçonnent de cacher volontairement son jeu. L’Espagnol de son coté avoue encore manquer de repère sur sa Ducati

Après une première journée où il n’a pas été épargné par les problèmes techniques Marc Marquez était plutôt fermé à l’heure du débrief hier au soir expliquant qu’il manquait de feeling avec sa moto et qu’il lui fallait comprendre les réactions de sa nouvelle machine. Le nouveau pilote Ducati a aussi précisé que la différence de comportement de sa machine entre Valence et Sepang est assez flagrante. Plutôt donc concentré sur un travail de fond que de vitesse, les résultats de Marquez seraient donc logique. Pourtant chez certains observateurs avisés présents à Sepang, Marc Marquez pourrait cacher son jeu face au chrono, en ne soignant pas particulièrement la trajectoire du dernier virage. Lâchant ainsi quelques précieux dixièmes au passage de la ligne de chronométrage. 14e à 984 millièmes de la référence du jour, Marquez serait donc potentiellement capable de rentrer dans le top 5 ? A vérifier demain puisque nous serons déjà au dernier jour de ces tests primordiaux pour nombre d’équipes.

KTM revient dans le game

Brad Binder comme en 2023 a repris les commandes du clan KTM. Le Sud Africain réalise le troisième temps et repousse un peu plus loin le rookie “encombrant” Pedro Acosta.

KTM en fait bien évidemment partie, puisque comme Ducati et Aprilia, elle devra au soir de Sepang valider et définir la version 2024 de son moteur pour l’intégralité de la saison. Visiblement le bloc de la KTM semble donner pleine satisfaction à ses pilotes et pour l’heure Miller et Binder travaillent de concert sur les échappements et l’électronique de leur KTM. L’objectif est de récupérer plus de motricité en sortie de virage et d’avoir une meilleure connexion entre le moteur et la poignée de gaz. Visiblement les choses avancent dans le bon sens puisque Brad Binder a signé le troisième temps du jour. Du coté de chez GasGas, Pedro Acosta poursuit sur sa lancée avec le 8e chrono de la journée. L’Espagnol a amélioré son chrono de la veille de prés de 5 dixièmes ce qui n’est pas négligeable. Preuve qu’il doit un peu plus s’employer l’Espagnol du team Tech 3 est de nouveau parti à la faute sans gravité.

Aprilia est là aussi

ON travaille dur chez Aprilia et de concert. Oliveira (88), Vinales (12) et Espargaro ont même effectuer une simulation de course en paquet afin d’étudier le comportement de leur machine sous la chaleur et enfin résoudre les problèmes de surchauffe.

Tout comme KTM, Aprilia est aussi concerné par les concessions ou tout du moins les restrictions avec lesquelles la marque de Noale devra composer durant la saison. Voilà pourquoi dès le Shakedown Lorenzo Savadori avait du passer en revue une dizaine de configuration de machines différentes et que depuis hier Vinales, Espargaro et Oliveira travaillent de concert. D’après les différents retours en provenance du camp Aprilia, la différence entre la machine 2023 et 2024 est assez importante et ce qui fonctionnait sur celle de l’an passé n’est plus adaptable au nouveau millésime. De plus Aprilia a énormément développé de pièces aéro et visiblement trouver la bonne combinaison entre tous ces éléments et les réglages châssis demande un certain temps. Tout cela n’a pourtant pas empêché Espargaro de signer un très joli quatrième chrono. A noter que les trois pilotes ont rouler de concert pendant plusieurs tours afin de simuler une course en peloton pour étudier le comportement de leur machine sous la chaleur et surtout vérifier que les problèmes de surchauffe qui avaient été important l’an passé ont bien été résolus ou à minima fortement endigués.

Yamaha et Honda aux portes du top 10

Joan Mir a été le plus rapide des pilotes Honda aujourd’hui. Il décroche le dixième temps de la journée. Même s’il n’a jamais été aussi rapide à Sepang il considère que les progrès de la Honda ne sont pas encore suffisants pour pouvoir inquiéter les Ducati et jouer la victoire.

Ce travail de fond on le retrouve également du coté des deux manufacturiers japonais Honda et Yamaha qui aujourd’hui ont quelques peu reculé dans la hiérarchie puisque la première moto ne se classe que 10e grâce à Joan Mir au guidon de sa nouvelle Honda RCV. Faut il s’en alarmer ? Pas encore en tout cas car certains éléments laissent à penser que l’on travaille constructivement du coté des deux japonais. Chez Honda cela se traduit par un constat évident. Jamais les RCV n’avaient été aussi rapides sur la piste malaise. On en veut pour preuve la simulation de course sprint de Luca Marini. Sur 13 tours bouclés 10 l’ont été en 1’59’’ alors que du GP 2023 seulement 2 tours pour l’ensemble des pilotes engagés avaient bouclés sur ce rythme. Johann Mir s’il se félicite de ce regain de performance reste convaincu que pour l’instant cela reste insuffisant.

Johann Zarco a beaucoup travaillé sur le fond que sur la chasse au chrono aujourd’hui. On le voit notamment ici avec l’arrière de selle dent de requin.

Quant à Johann Zarco, il a lui aussi effectué une simulation de course mais une petite chute est venue contrarier les plans. A noter que sur les clichés publiés aujourd’hui, Johann a testé l’arrière de selle « dent de requin ».

Onzième temps aujourd’hui Fabio Quartararo devant son compatriote d’un rang. Il reste encore beaucoup de travail à effectuer demain et peut être consacrer un peu plus de temps au Time Attack.

Chez Yamaha aussi on poursuit le travail de fond et notamment la validation du package aérodynamique qui débutera la saison. Visiblement les retours des pilotes tests et officiels concordent et Maio Meregalli le team manager des bleus semblait satisfait de ce son de cloche unique. L’autre point de satisfaction reste le moteur qui semble vraiment performant tout comme la stabilité au freinage de la nouvelle M1. Il reste encore du travail à effectuer et la dernière journée de demain devrait certainement d’y voir plus clair chez les deux japonais, qui ne l’oublions pas n’a pas d’obligation de validation comme leurs concurrents. Grâce à leurs concessions ils pourront continuer de travailler tout au long de la saison. Mais attention cela ne veut pas dire non plus qu’il soit souhaitable de partir de trop loin. D’ailleurs Johann Zarco le laissait entendre hier, il a privilégié l’utilisation du pneu avant médium qui n’est pas l’option la plus performante afin de garder en réserve quelques pneus softs pour les time attack. Vivement demain…  

On marque des points ?

Avatar

Rédigé par Eric Célis

Jorge Martin signe son retour

Davide Brivio rejoint Trackhouse