dans , ,

Jorge Martin s’impose Acosta explose

Jorge Martin s'impose à Portimao pour le deuxième Grand Prix de la saison. Un GP marqué par l'accrochage entre Marquez et Bagnaia.

Jorge Martin s’est imposé au guidon de sa Ducati sans souci lors du Grand Prix du Portugal. L’Espagnol a pris la tête au premier virage et ne l’a pas lâchée jusqu’au drapeau à damiers. Il devance Enea Bastianini et le jeune prodige espagnol Pedro Acosta.

Jorge Martin fait coup double

Jorge Martin s’est imposé au Portugal à la façon de Bagnaia au Qatar. En tête du début à la fin de la course le pilote Ducati Pramac s’empare également des commandes du championnat.

S’il paraissait un peu moins serein que sur la fin de saison dernière, Jorge Martin a réalisé un Grand Prix façon taille patron sur le tracé de Portimao. Bien sorti de la grille à l’extinction des feux, à l’inverse de la course sprint, l’Espagnol a plongé en tête dans le premier virage et a conservé les commandes jusqu’au drapeau à damiers. Une course XXL du pilote Ducati Pramac qui signe sa première victoire de la saison. Une victoire qui s’accompagne également de la prise des commandes du championnat du monde, un scénario idéal. Martin impressionnant tout au long des 25 tours de course ne s’attendait certainement pas à repartir du Portugal en aussi bonne position et surtout avec près d’un Grand Prix d’avance sur Pecco Bagnaia. Mais voilà derrière lui il y a eu quelques rebondissements, c’est le moins que l’on puisse dire.

Maverick Vinales trahi par la mécanique

Maverick Vianles n’a pas été récompensé de son beau GP, trahi par la mécanique à deux tours de la fin Dommage car après son succès en Sprint l’officiel Aprilia aurait réalisé un super week-end.

En premier lieu et avant d’évoquer LE fait de course de ce Grand Prix, impossible de ne pas s’arrêter sur le mauvais coup du sort dont a été victime Maverick Vinales à deux tours de l’arrivée. Victime d’un problème mécanique sur son Aprilia, le vainqueur de la course Sprint a fini son GP dans la poussière du premier virage. Une sanction cruelle pour l’Espagnol qui avait su rester jusque là au contact de Jorge Martin sans toutefois pouvoir l’inquiéter. Assurément ce week-end aurait du être beaucoup plus productif coté comptable pour l’officiel Aprilia. Ce soir il pointe au huitième rang du classement provisoire alors qu’avec les 20 points qui lui étaient certainement promis voire les 16 si Bastianini était passé à la régulière il serait au minimum 5e voire 3e. Dur à avaler. Après Espargaro au Qatar Vinales a démontré au Portugal que l’Aprilia avait elle aussi bien progressé. Reste maintenant à trouver la fiabilité pour que cruelle désillusion ne se reproduise plus.

Pedro Acosta encore une fois impressionnant

Il va falloir allonger la liste des superlatifs pour décrire les performances de Pedro Acosta. Troisième pour son deuxième Grand Prix, l’Espagnol de 19 ans s’est joué de Marquez et Bagnaia avec une facilité déconcertante.

Vinales out, Enea Bastianini et sa Ducati héritaient de sa deuxième place. Une position que l’officiel Ducati aurait certainement pu aller chercher à la régulière car il semblait plus rapide sur les cinq derniers tours que l’officiel Aprilia. Après sa pole position et une course sprint un peu ratée, Bastia s’est bien repris et se retrouve au provisoire devant son chef de file à la troisième place du provisoire. Mais cette chute de Vinales va au final consacrer la jeune pépite de cette saison 2024, Pedro Acosta. Troisième et premier podium pour son deuxième Grand Prix, le pilote GasGas Tech 3 n’en finit pas d’étonner le paddock du MotoGP. Mais plus que cette troisième place c’est surtout la course d’Acosta qui mérite le respect. Auteur d’un départ correct, il va ensuite être le pilote qui aura réalisé le plus de dépassement durant la course et quels dépassements. Les deux officiels KTM, Marc Marquez et Francesco Bagnaia sont à compter au rang de ses victimes excusez du peu. Outre ces noms prestigieux c’est surtout son mode opératoire qui a été impressionnant. Lors de chaque dépassement, Acosta a fait preuve d’une maitrise impressionnante digne d’un vieux briscard de la catégorie. Seul son dépassement sur Bagnaia a été à la limite mais encore une fois Acosta a su gérer une situation qui aurait pu s’avérer bien plus délicate et que certains n’auraient même pas pu contrôler. A 19 ans, le pilote GasGas, peut encore détrôner Marc Marquez pour le record de précocité de vainqueur de GP dans la catégorie reine. Il a pour ça jusqu’au Grand Prix d’Allemagne…

Martin au top Marquez et Bagnaia par terre

Marquez et Bagnaia se sont “chauffés” en début de course avant de reprendre leur explication a quelques tours de la fin. Le résultat est sous vos yeux et une chose est sure la guerre est déclarée.

Mais bien sur ce Grand Prix du Portugal on retiendra plus que la victoire de Martin ou le premier podium d’Acosta l’accrochage entre Marc Marquez et Francesco Bagnaia. Les deux hommes pourtant multiple champion du monde dans la catégorie reine se sont comportés comme de jeunes écoliers dans une cour d’école à ne pas vouloir céder l’un vis-à-vis de l’autre. Les frictions ont commencé dès le départ avec un Marquez très aggressif. Dans ces premiers tours nous avons eu droit à des contacts épaules contre épaules, carénages contre carénages et valse de porte fermée. Il semblait alors que le double champion du monde en titre avait réussi à prendre le meilleur sur Marquez qui s’accrochait pour suivre. Mais à 6 tours de la fin du GP, Acosta réveillait le loup Marquez en déposant Bagnaia sans problème. Le pilote Ducati Gresini deux tours plus tard prenait l’initiative et se faufiler dans un trou de souris et était obligé d’élargir un peu. Bagnaia ne voulant pas céder repiquait à l’intérieur au moment ou Marquez tentait de reprendre le point de corde. Le contact était inévitable et les deux Ducati finissaient dans le bac à graviers. Résultat blanc pour les deux protagonistes. Fermez le ban ! Une chose est sure si comptablement l’opération ne fait le malheur d’aucun des deux, cet accrochage va laisser des traces et sachant que le prochain Grand Prix est celui d’Austin il y a fort à parier que l’on risque de revoir cette passe d’armes se reproduire. Si aujourd’hui l’erreur est à mettre au crédit de Bagnaia, les détracteurs de Marc Marquez doivent se frotter les mains en affirmant que le loup est bel et bien dans la bergerie.

Des Français dans les points.

Fabio Quartararo s’est battu en milieu de peloton et profite des chutes aux avants postes pour hériter des points de la 7e place. Une maigre consolation car il reste encore beaucoup de travail sur la Yamaha.

Coté tricolore, on ne veut pas se mentir se Grand Prix du Prtugal ne restera pas dans les mémoires. Johann Zarco comme l’ensemble des pilotes n’a pas réussi à résoudre ses problèmes de grip et a même souffert du même phénomène de vibration qu’au Qatar lors de sa course sprint. Autant dire que le point de la 15e place est un cadeau du ciel. On pourrait presque en dire autant de Fabio Quartararo qui lui a profité des rebondissements aux avants postes. Septième à l’arrivée, l’officiel Yamaha empoche 9 points qui comptablement sont bon à prendre. Mais lorsque l’on se penche sur le détail de sa course Quartararo, Fabio concède 20 secondes au vainqueur du jour et ne réalise que le 17e meilleur temps en course à près de 9 dixièmes du meilleur temps réalisé par Enéa Bastianini. Difficile donc d’y voir du positif ou en tout cas de trouver du changement par rapport au scénario de l’an passé. Comme il le dit lui-même, le travail porte ou va porter ses fruits petit à petit sous entendant qu’il faudra du temps pour retrouver de la compétitivité. Seul problème Quartararo a prévenu le temps il n’en laissera pas beaucoup à son employeur pour retrouver une machine plus compétitive. Est-ce à dire que son avenir est déjà ailleurs ? Affaire à suivre…

On marque des points ?

Avatar

Rédigé par Eric Célis

Maverick Vinales première

Toprak Razgatlioglu et Alvaro Bautista s’imposent à Barcelone