dans

Maria Herrera première !

Le chamionnat du monde féminin a pris son envol ce week-end à Misano. Maria Herrera a réalisé un doublé.

Maria Herrera restera dans l’histoire du sport motocycliste pour avoir remporté la première épreuve du championnat du monde féminin sur circuit. L’Espagnole a réalisé un sans faute à Misano, en s’adjugeant la pôle position et les victoires dans les deux manches.

Maria Herrera donne le rythme

Avant de s’imposer dans les deux courses Maria Herrera avait déjà posé les fondations d’un week-end réussi en décrochant la première Superpole de l’histoire du championnat du monde féminin.

En marge du championnat du monde Superbike, Misano accueillait donc pour la première fois dans l’histoire du sport motocycliste un championnat du monde féminin sur circuit. Une première qui a rencontré un franc succès puisque 25 pilotes, représentant 18 pays, avaient répondu présentes. Dès le vendredi on a rapidement compris que la délégation espagnole allait donné le rythme. Ainsi Maria Herrera s’adjugeait la pôle position devant ses deux compatriotes Sanchez et Carrasco, la championne du monde Supersport 300 2018. Un avant gout de ce qui allait attendre les spectateurs durant les deux manches.

Maria Herrera a les nerfs solides

En dépit de deux drapeaux rouges et d’une grosse bagarre avec Ana Carrasco, Maria Herrera s’est imposée en première manche avec autorité. L’Espagnole a marqué de son empreinte ce premier round.

La première course a été spectaculaire avec pas moins de deux interruptions au drapeau rouge. Dès le départ le ton est donné avec 3 chutes dans le premier tour dont celle d’Ornella Ongaro. La française, victime d’un accrochage au deuxième virage avec Relph. Au sixième tour alors que la bagarre était déjà entamée entre Herrera et Carrasco, le premier drapeau rouge est sorti suite à la lourde chute de Mia Rusthen. La course est relancée quelques minutes plus tard mais presque aussitôt interrompue suite à la chute de Jessica Howden. La première manche reprenait enfin ses droits pour un final disputé sur 5 tours et un superbe bras de fer. Herrera et Carrasco en tête ne se faisaient aucun cadeau et c’est finalement la polewoman qui s’imposait pour une demie roue sur la ligne d’arrivée.

Maria Herrera double la mise

Ana Carrasco, la championne du monde Supersport 300 en 2018, était attendue sur cette première. Elle n’a pas déçu, mais n’a pas gagné. Elle termine deuxième puis troisième.

La deuxième manche sera du même acabit, les drapeaux rouges en moins et c’est tant mieux. Le spectacle en tête a été intense entre Herrera, Sanchez et Carrasco. Il faudra attendre le dernier virage pour connaitre le nom de la vainqueur. Au prix d’un superbe dépassement Herrera parviendra à prendre le meilleur sur Sara Sanchez véritable poison durant les 12 tours de course. Ana Carrasco, a elle aussi tout donné mais a du s’incliner face à plus forte qu’elle. Avec ce doublé Maria Herrera repart de Misano à la tête du championnat du monde féminin. Disputé sur 6 épreuves, la prochaine étape se déroulera dans un mois sur le circuit de Donington en Angleterre. A noter, et c’est dommage, le championnat ne fera pas étape en France.

Des points pour Ornela Ongaro   

Ornela Ongaro (n°28) a ouvert son compteur de points en seconde manche après une chute dans la première. Ornela devrait rapidement accrocher le top 5.

Deux françaises sont également engagées dans le cadre de ce championnat du monde féminin. Ornela Ongaro, fidèle à son numéro 28 et Emily Bondi, la protégée de Xavier Simeon. Malheureusement pour Emily, Misano ne restera pas un souvenir impérissable. Toujours souffrante de ses blessures suite à une chute en entrainement, Emily décrochera le point de la quinzième place en première manche avant d’abandonner dans la seconde. Quant à Ornela Ongaro, huitième sur la grille, après son accrochage en première manche va réaliser une seconde course plus fructueuse. Septième à l’arrivée Ornela a démontré qu’elle pouvait prétendre à se battre pour le top 5 quand tout se passait bien. Nul doute qu’avec le rythme Ornela devrait très rapidement retrouver les avants postes. Rappelons qu’Ornela a été l’une des seules pilotes féminines à s’imposer en championnat de France.

On marque des points ?

Avatar

Rédigé par Eric Célis

Toprak Razgatlioglu dynamite Misano

8 Heures de Suzuka : une Ducati en tête