Tribune de Nicolas, responsable des réseaux sociaux de Sport-Bikes,
à l’occasion de la publication du n°123 de notre magazine

Mon cher Sport-Bikes,

Te voilà ! Toi, le SB123, le numéro spécial 20 ans ! Mon cher magazine, tu portes en toi l’histoire du sport moto des deux dernières décennies. Tu incarnes surtout l’histoire de tes 122 grands frères, ces 122 numéros qui t’ont précédé et que je possède tous. C’est d’ailleurs à toute la famille que je m’adresse aujourd’hui.

J’ai dorénavant 30 ans et Sport-Bikes a accompagné la majeure partie de mon parcours de lecteur : je suis passionné de moto depuis l’âge de 8 ans et le magazine a débarqué dans le monde de la presse quand j’en avais 10. Toi et moi, on se connaît bien. 20 ans est un bel âge, alors j’ai décidé de t’écrire un mot pour célébrer ton anniversaire.

Tu es né en l’an 2000, au tournant du nouveau millénaire. Cette année-là, le fameux bug informatique n’a pas eu lieu mais on a tout de même rebooté : en MotoGP, Valentino Rossi a débarqué en catégorie reine (et s’est affiché sur la couverture du premier numéro de Sport-Bikes par la même occasion). Le pilote italien s’est imposé au classement général dès l’année suivante : après le règne de Mick Doohan, celui qui allait désormais enchaîner les titres, c’était Valentino Rossi, également sur la machine Honda mais aussi sur la Yamaha. 20 ans plus tard, à la recherche d’un dixième sacre, le Docteur est toujours en piste, souvent parmi les top pilotes.

Sport-Bikes, c’est pareil : tu es toujours là, toujours en piste. En 20 ans, tu as vécu la transformation des Grand Prix, des machines 2-temps aux motos 4-temps, et des réglementations. En 20 ans, tu as suivi les histoires des gladiateurs sur deux-roues, en documentant l’ère Valentino Rossi puis l’ère Marc Marquez, avec, au milieu, la présence d’autres grands champions qu’ont été Casey Stoner, Jorge Lorenzo et le regretté Nicky Hayden.

20 ans après le début de ton aventure, tu es toujours là mon cher Sport-Bikes, pour notre plus grand plaisir. Même si la presse papier tire la langue en ce moment et que le sport moto s’est fait largement chahuter par la crise sanitaire cette année, tu continues de foncer.

“Bienvenue dans un monde qui va vous faire vibrer : celui de la course moto.” En s’exprimant ainsi dans son édito il y a 20 ans, ton plus vieux frère, le SB1, donnait déjà le ton de ce qui allait devenir une expérience d’immersion pour nous, les lecteurs. Au fil des années, des championnats du monde aux championnats de France, Sport-Bikes nous a embarqué dans l’univers intense de la compétition moto comme personne. Comme aucun autre titre, le magazine nous a partagé les événements vécus et sensations ressenties en première ligne là-bas, sur les circuits, depuis le bord de piste, le paddock et la pitlane. A chaque numéro, à travers les belles couvertures, les interviews des pilotes, les analyses pointues, les sujets originaux et les magnifiques photos, Sport-Bikes a donné au rêve une réalité.

Sport-Bikes, tu es clairement un magazine très particulier dans le milieu de la presse moto. Si je me permets de t’adresser ce mot d’anniversaire et te rappeler ton caractère unique, c’est peut-être parce que je suis un lecteur un peu particulier. Participer à l’aventure de l’intérieur me motivait beaucoup, alors je me suis donné les moyens de le faire : en plus d’être lecteur depuis 20 ans, je suis devenu membre de l’équipe depuis 2 ans.

Quand on enlève les carénages de la machine Sport-Bikes, on découvre que le moteur n’a qu’un secret : la passion. Cette petite équipe répartie à travers la France, et même au-delà des frontières, ne compte pas ses heures pour réaliser le magazine. Une fois le travail terminé, à chaque numéro entre les mains, je témoigne d’une aventure humaine et artisanale qui donne au mot racing ses lettres de noblesse. Je suis sûr que les autres lecteurs ressentent la même chose.

Mon cher Sport-Bikes, mon cher magazine, je suis heureux de souffler tes 20 bougies à tes côtés, depuis le box, et je te souhaite un joyeux anniversaire !

Nicolas