dans

MotoGP : Fabio Quartararo sacré champion du monde !

GP d’Émilie Romagne | Courses

C’est fait ! Fabio Quartararo, en terminant 4e de ce Grand Prix d’Émilie Romagne, s’est assuré le titre de champion du monde MotoGP 2021 !

Qu’elles sont belles, ces images… Fabio Quartararo peine à réaliser. Les yeux humides, la voix qui déraille, il hurle sa joie ; la joie d’accrocher à son palmarès un premier titre de champion du monde, le premier titre d’un pilote français au sommet du sport moto de vitesse : le MotoGP.

Pendant ce tour d’honneur, le jeune Niçois n’est plus à Misano. À 22 ans, il est sur le toit du monde. Un instant vertigineux. Stupéfiant.

Quand il remonte la pit-lane au guidon de sa Yamaha, dont le n°20 est recouvert d’un n°1 doré, la première personne à l’arrêter pour le féliciter est Francesco Bagnaia. Qu’elle est belle, aussi, cette image ! 

Car Pecco était prêt à faire durer le suspense. 

Le poleman boucle les 22 premiers des 27 tours de course en tête, emmenant dans son sillage Marc Marquez. Rapide, détendu, il semble en mesure de conserver l’avantage jusqu’au bout, de maintenir la pression sur Quartararo, alors 5e, dans la course au titre.

Mais voilà : brutalement, dans le virage 16, il perd l’avant de sa Ducati (exactement comme son coéquipier Jack Miller, alors 2nd, en début de course) en même temps que ses derniers espoirs de coiffer la couronne suprême.

Désormais, peu importe à quelle place Fabio termine sa course, démarrée depuis une lointaine 5e ligne sur la grille de départ : quoi qu’il advienne, qu’il marque 25 ou zéro point, le Français est le nouveau champion du monde MotoGP, avant même son passage sous le drapeau à damier.

Finalement, le pilote Yamaha rallie l’arrivée à la 4e place, derrière un Marc Marquez brillant, un Pol Espargaro qui offre le doublé au Repsol Honda Team et un Enea Bastianini impressionnant sur sa Ducati GP19 de l’équipe Avintia.

Les stats du champion !

Fabio devient champion, deux courses avant la fin, par KO de Bagnaia. « Ce n’est pas comme ça que je voulais être titré, lancera-t-il plus tard, les yeux rougis par l’émotion. Je voulais terminer au moins 5e, afin de ne pas perdre plus de 10 points sur Pecco s’il gagnait. C’est ce qui serait arrivé s’il n’était pas tombé. » 

Mais peu importe qu’il le célèbre maintenant ou plus tard : Fabio le mérite, ce titre.

Et c’est pour cela que ces images sont si belles : malgré ses espoirs effondrés, malgré son immense déception, Francesco Bagnaia tient à féliciter son adversaire. Comme l’a fait Johann Zarco, 5e de ce Grand Prix, dans le tour d’honneur ; comme le feront Jorge Lorenzo, le dernier champion MotoGP en date pour Yamaha, et Marc Marquez, le vainqueur du jour, dans le parc fermé.

« Mon prochain rêve ? Un autre titre ! », lance Fabio en conférence de presse. « On a des choses à terminer avec Marc [Marquez] », sourit-il plus tard. 

En attendant ce duel attendu en 2022, la soirée s’annonce longue dans le clan Quartararo. Rendez-vous à Portimao le 7 novembre et à Valence le 14 pour terminer 2021 en apothéose ! 


Moto2 : Lowes s’impose, Gardner et Fernandez ont chaud…

Pour la première fois depuis son doublé au Qatar, Sam Lowes renoue avec la victoire au terme d’une course parfaitement gérée.

Si Aron Canet et Raul Fernandez lui ont ravi les commandes à plusieurs reprises, le poleman a su garder son sang-froid et s’impose devant son coéquipier Augusto Fernandez et Aron Canet – victime d’une panne d’essence dans les derniers mètres !

Si l’ambiance est à la fête dans le box Elf Marc VDS Racing Team, elle est un peu plus terne chez Red Bull KTM Ajo, dont les deux pilotes sont au coude à coude pour le titre.

Le championnat prend un tournant majeur dans le 15e tour. Remy Gardner, auteur d’un dépassement jugé dangereux sur Somkiat Chantra (envoyant le Thaïlandais au tapis) quelques tours plus tôt, pointe 7e quand la sanction tombe : long lap penalty. 

Une nouvelle d’autant plus mauvaise que son coéquipier vient de prendre les commandes de la course. Mais, quelques secondes plus tard, Raul Fernandez chute violemment en prenant les freins pour le virage 7. Raul se relève secoué mais indemne, sa moto est en revanche pulvérisée.

Finalement, Gardner parvient à sauver les 9 points de la 7e place quand son coéquipier repart bredouille. Les deux hommes sont séparés de 18 points à deux courses de la fin : tout reste donc possible.


Moto3 : Foggia maintient la pression !

Seulement 14e sur la grille, Dennis Foggia, dernier concurrent sérieux de Pedro Acosta dans la course au titre, va remonter comme un boulet de canon sur les avant-postes. 

Après 13 tours et autant de dépassements, le pilote Leopard Racing prend les commandes !

L’Italien va dès lors imprimer le rythme pour les neuf dernières boucles à couvrir, emmenant dans son aspiration Jaume Masia, Izan Guevarra et Darryn Binder.

Derrière, le poleman Niccolo Antonelli, Stefano Nepa et Pedro Acosta perdent peu à peu le contact avec les hommes de tête.

A six tours de l’arrivée, Guevara part au tapis, tandis que Binder décroche lui aussi, laissant Foggia et Masia filer vers un duel final pour la victoire.

Mais dans le dernier tour, Foggia donne un ultime coup de collier et se met à l’abri d’une éventuelle attaque du pilote Red Bull KTM Ajo : l’Italien s’impose pour la cinquième fois cette année – la troisième fois en quatre courses.

Pedro Acosta, manifestement en délicatesse avec son pneu arrière, parvient à se dépêtrer de Binder, Nepa et Antonelli pour compléter le podium. Une 3e place synonyme de 16 points ô combien cruciaux pour le championnat. 

Avec seulement 21 points séparant Acosta de Foggia pour encore 50 à distribuer, là aussi, tout reste possible !


🔎 Tous les résultats sur motogp.com/fr/Results+Statistics

📸 Fabio Quartararo – © Michelin Motorsport

Avatar

Rédigé par Tommy Marin

Depuis 2003, Sport-Bikes Magazine constitue le fil rouge de sa carrière professionnelle. Après avoir mené différentes activités professionnelles, toujours dans le monde de la moto et des loisirs mécaniques, Tommy est devenu rédacteur en chef de ce magazine de référence sur le sport moto depuis 2012, avant d'en passer éditeur en 2019. Entre deux shootings photo, essais, interviews, créations graphiques, montages vidéo etc., il couvre le championnat du monde MotoGP, fait du vélo, de la batterie... et de la moto, évidemment !

Notre newsletter

MotoGP : la pole pour Bagnaia, Quartararo 15e sur la grille

La FFM dévoile les calendriers 2022