dans ,

Interview : Francesco Bagnaia, encore plus fou

Bagnaia champion du monde
FRANCESCO BAGNAIA ITA DUCATI LENOVO TEAM DUCATI MotoGP GP Valencia 2023 (Circuit Ricardo Tormo) 24-26.11.2023 photo: Lukasz Swiderek www.photoPSP.com @photopsp_lukasz_swiderek

Gagner deux titres MotoGP consécutifs ne s’improvise pas. Et si Pecco Bagnaia semble être doux et pondéré, il fait en réalité des choses radicales.

Le champion du monde MotoGP 2022 a conservé sa couronne au terme d’une campagne 2023 ébouriffante, particulièrement longue et éprouvante. Il nous explique comment, et notamment pourquoi il aime mettre sa fourche en butée au freinage…

Francesco Bagnaia
FRANCESCO BAGNAIA ITA DUCATI LENOVO TEAM DUCATI MotoGP GP Valencia 2023 (Circuit Ricardo Tormo) 24-26.11.2023 photo: Lukasz Swiderek

Francesco, lorsque tu es arrivé en MotoGP, Cristian Gabbarini [son chef mécanicien] m’a dit que ta technique de pilotage ressemblait beaucoup à celle de Jorge Lorenzo, tout en douceur et stabilité sur la moto. Es-tu d’accord ?

Oui, à mes débuts, je me suis concentré sur l’utilisation de la vitesse en virage, parce que je n’avais pas de bonnes sensations au freinage. [C’est la raison pour laquelle Ba- gnaia a si souvent perdu l’avant lors de sa première saison.] Mais ce que Jorge a le plus amélioré lorsqu’il était chez Ducati, c’est le freinage. Lors de sa dernière saison, il freinait si fort qu’il était très difficile de le dépasser. Je pense que c’est la plus grande amélioration qu’il a faite en deux années et c’est aussi la plus grande amélioration que j’ai réalisée depuis que je suis chez Ducati. Maintenant, je pilote d’une manière un peu différente. Je freine très, très fort, mais j’utilise toujours beaucoup de vitesse de passage. C’est dans cette phase que j’essaie de continuer à apprendre et que j’essaie de m’améliorer le plus.

L’aérodynamisme a pris énormément d’importance depuis ton arrivée en MotoGP. En quoi cela modifie-t-il ta façon de freiner, etc. ?

Cela a changé la technique de freinage de certains pilotes, mais pas la mienne. En fait, on ne peut pas freiner à 100 % dès le premier instant, il faut être plus patient.

Le grand changement, je suppose, a été la façon dont les pilotes utilisent le pneu arrière pour arrêter la moto, en particulier depuis l’arrivée en 2020 d’un arrière avec une carcasse plus souple. Toi et Brad Binder semblez être les meilleurs pour faire freiner la moto en crabe.

C’est une technique que j’ai apprise en Moto2 : je préfère faire tourner la moto avant d’entrer dans le virage plutôt qu’à la sortie. De cette façon, j’ai l’impression de mieux contrôler le pneu arrière. Il est vrai que je me suis senti mieux avec la nouvelle carcasse. Nous avons alors commencé à améliorer le frein moteur de la moto pour l’adapter à mon style, différent de celui des pilotes d’usine de l’époque [Andrea Dovizioso et Danilo Petrucci gardaient les roues alignées en phase de freinage]. En parallèle, nous avons commencé à travailler sur mon style de pilotage et nous nous sommes vraiment améliorés au freinage. J’ai commencé à freiner de plus en plus fort, en entrant toujours dans les virages avec davantage de glisse. Cela m’a beaucoup aidé. Et Brad le fait encore plus que moi ! C’est la façon dont je préfère piloter. Le plus difficile est de garder le pneu arrière au sol.

Retrouvez l’excellente interview du dernier champion du monde de MotoGP en intégralité dans le numéro 139 de Sport Bikes Magazine. Actuellement disponible en kiosque et sur notre boutique en ligne.

On marque des points ?

Avatar

Rédigé par Team SB

Carlo Pernat

Carlo Pernat : le dernier de l’ère Rock n’Roll

Marc Marquez Honda

Marc Marquez et Honda : pour le meilleur et pour le pire